Journée internationale de tolérance zéro aux MGF

Minimize
         

       "Salle d'attente" par Godfrey Williams-Okorodus

 
Grâce au travail du Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la Santé des Femmes et des Enfants (CI-AF), le 6 Février est devenu la Journée Internationale de Tolérance Zéro aux MGF. Le CI-AF est l'ONG africaine la plus vielle et grande luttant contre les MGF. Elle appuie son travail sur 28 Comités Nationaux.
 
Le 6 Février 2003, lors d'une conférence organisée par le CI-AF, la Première Dame du Nigeria, Madame Stella Obasanjo fait une déclaration sur la nécessité d'avoir une “Tolérance Zéro à l'égard MGF”. En 2004, la Sous-Commission des Droits Humains de l'ONU approuve la proposition du CI-AF et adopte le 6 février comme Journée Internationale des Nations Unies de Tolérance Zéro aux MGF.  Depuis cette date, les ONG et les Organisations Internationales  commémorent chaque année cette journée.
 
Contrairement au 8 Mars, la Fête des Femmes, la commémoration de la  Journée Internationale de Tolérance Zéro, n'est pas entrée dans les moeurs de la société civile.
 
Pour changer cela, l'Alliance Globale contre les MGF organise des évènements culturels, utilisant la musique et les arts. Ils sont conçus de façon à attirer le public, les jeunes et les médias, afin de mieux faire connaître la cause à la société civile.
  Lire plus :


Les MGF

Définition des MGF

Comment cela se fait

Conséquences

Qui est concerné ?

Le rôle de l'homme

Note historique

Tradition persistante

Tolérance Zéro